Fêtes de fin d’année au Burkina

Noël à Ouessa

 Passer Noël loin de chez soi , c’est toujours particulier. Surtout qu’ici le climat ne me fait pas penser à Noël : il fait toujours autour des 35° en journée, le soleil brille et par ailleurs, on voit peu de décorations dans les rues. Je n’ai aucune idée de comment se fête Noël ici au Burkina. Une part importante de la population, musulmane, ne fête pas Noël même si les traces du colonialisme font que ce soit toujours les vacances scolaires en cette période et que le 25 décembre est férié.

C’est pourquoi quand Jean-Baptiste de passage au Burkina me propose mi-sérieux mi-plaisantant de passer Noël au village, j’accepte avec gratitude. Quitte à faire différemment, faisons différemment !

Le 24 décembre, je prends donc le car, direction Ouessa à la frontière du Gana, un voyage très certainement déconseillé par l’Ambassade mais pas défendu voir encouragé par mes amis d’ici donc… ( voir aussi : « Fais attention à toi » 1: Sécurité et de perception du risque)

Et pourtant Noël n’est pas si différent : si le réveillon de Noël ne me semble pas très fêté, le 25 ressemble à tout Noël : on mange beaucoup, toute la journée. Le reste du temps , on prépare à manger et les proches de la famille étendue défilent toute la journée ….

Nouvel an à Bobo

Pour le réveillon de la nouvelle année, ce sera « un truc de blanc » en majorité, avec un repas simple, convivial en petit comité, illuminé à minuit par le feu d’artifice de la Commune de Bobo. Si j’hésite à aller danser, ce seront mes amis burkinabé qui m’en dissuaderont «  tu sais la Nuit du Réveillon, les gens sont un peu fous sur les routes ». Toujours pas super à l’aise sur ma petite moto, je choisis la prudence et reste dans mon quartier toute tranquille, de toute façon, on m’a invité à danser le 1er janvier ….

Le feu d’artifice à Bobo Dioulasso 31 décembre 2020

Vers 16h le lendemain, Fred appelle pour « aller danser », ce qui se traduira finalement  par une visite à Nasso et à la forêt du Kou, reposant et vert mais pas du tout dans l’ambiance d’une fête dansante. Quand le soleil se couche sur Nasso plage (un bout de sable près de la rivière du Kou sur la route de Nasso) et que les étoiles commencent à apparaitre par milliers dans le ciel, non obstruées par la lumière de la ville, j’avoue à Fred: je n’ai plus vraiment envie d’aller danser mais plutôt d’une soirée calme avec moi-même.

La superbe forêt du Kou

Le 1er janvier aura donc été à l’image de mes journées bobolaises : rien ne se déroule comme j’ai prévu ou imaginé en planifiant ma journée le matin même mais c’est bien agréable quand même. BONNE ANNÉE 2021!

Moi, prête à sauter à pieds joints dans 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s